Haut de page

Bolivie

Découverte de la cordillère Royale

Vendredi 8 juin 2007 - Camp de base du Condoriri
Au petit matin, nos trois 4x4 nous attendent devant notre hôtel. Arrivés dans la soirée, ils prennent le relais de notre mini-bus. Aujourd'hui, nous allons randonner en Cordillère Royale, vers le camp de base du Condoriri.
Il faut plus d'une heure de piste, traversant quelques rares hameaux isolés au milieu d'une végétation rase irriguée de ruisseaux en partie gelés, pour parvenir au point de départ de cette marche. Nous sommes à environ 4600 mètres d'altitude, le fond de l'air est encore frais mais les premiers rayons du soleil commencent à percer à l'est.
Le sentier nous mène rapidement à un premier lac que l'on contourne par la droite en empruntant un petit pont de pierre. Face à nous, le Massif du Condoriri dresse sa masse abrupte aux flancs immaculés à près de 5600 mètres. Évoquant la forme d'un condor déployant ses ailes, nous en voyons l'arrière, mais la tête est bien visible. Le paysage est superbe, de la vraie haute montagne. J'adore ces lieux donnant l'impression d'être seul au monde. Massif du Condoriri
Massif du Condoriri
Le sentier s'élève encore un peu plus, serpentant au milieu de blocs de roches. Puis nous parvenons au second lac, sans conteste celui offrant la plus jolie vue. Le soleil est maintenant assez haut, sur la droite du Condoriri qui se reflète dans les eaux glacées. Sur la rive opposée, quelques tentes colorées marquent le camp de base d'où partent les alpinistes.
Nos pas nous amènent le long du lac pour le contourner en partie sur la droite. Le sentier disparaît alors tandis que nous entamons une franche montée. Quelques lamas et alpagas paissent çà et là, se laissant difficilement approcher. Dans notre dos, le lac disparaît peu à peu à nos regards. Après un peu plus de deux heures, nous parvenons au col Aguja Negra, à près de 5000 mètres d'altitude. Le vent souffle assez fort, entraînant la température à la baisse. Face à nous se dresse la face nord ouest du Huayna Potosi (6088 m). Le temps de faire une ou deux photos, et nous trouvons un coin plus ou moins à l'abri du vent pour nous restaurer. Est-ce dû à l'altitude ? En tout cas, mes maux de tête ont enfin disparu et je profite pleinement des lieux. Que dis-je, je profite, je savoure, oui !
La descente se fait par le même chemin, nous permettant de profiter, au niveau des lacs, d'une luminosité mettant encore plus en valeur le glacier du Condoriri. En comptant le temps du repas, nous aurons marché environ quatre heures, à un rythme relativement modéré. Une bonne balade d'acclimatation dans un décor réellement grandiose.
Nous retrouvons nos véhicules qui nous ramènent à La Paz où nous attelons une remorque et récupérons les deux cuisinières, puis nous prenons la direction du sud. Nous arrivons à notre hôtel à Obrajes à la nuit tombée.

                   Diaporama de photos de Bolivie
RSSTwitterGoogle+Flickr500pxContact

©2006-2017, Stéphane Bon