Haut de page

Tour de la presqu'île de Crozon

De Lanvéoc à Camaret

Lundi 14 septembre 2020 (35 kilomètres)
Nous quittons le camping peu après huit heures pour une (très) longue journée de randonnée. Tout est fermé à Lanvéoc en ce lundi matin, nous traçons donc directement par le GR 34, le célèbre sentier des douaniers qui fait le tour de la Bretagne. Rythmés par le murmure du ressac, nous nous faufilons comme hier dans une forêt en surplomb de la berge. Autant hier j'avais commencé à trouver ce type de sentier un peu monotone, autant ce matin j'apprécie de cheminer à l'ombre des chênes aux troncs aussi tortueux que le chemin que nous suivons. Il faut dire aussi que cela dure moins longtemps. Après cinq kilomètres arrive le joli petit bourg du Frêt avec son cimetière de bateaux et son embarcadère pour Brest. Le cimetière de bateaux du Frêt
Le cimetière de bateaux du Frêt
Ce patelin est un bon point de chute pour une première étape du tour de la presqu'île de Crozon au départ de Landévennec : cela allonge certes cette première partie du parcours, mais cela raccourcit aussi celle que nous faisons aujourd'hui.
Mauvaise surprise en arrivant face aux commerces : l'épicerie est fermée. Nous n'avons toujours pas de pain pour ce midi.
Le village de Saint-Fiacre laissé derrière nous, le sentier longe la route départementale. Ce n'est clairement pas la meilleure portion du GR, loin de là, malgré de belles vues sur l'île des Morts, un nom qui laisse vagabonder l'imagination.
Avant d'arriver à Roscanvel, le sentier fait un détour par le sympathique hameau de Lanvernazal. Ses maisons de pierre entourées d'hortensias fleuris sont typiquement bretonnes.
Juste après, nous trouvons enfin une épicerie ouverte pour y acheter du pain ! De quoi pique-niquer à la Pointe des Espagnols, à cinq kilomètres de là, avec vue sur le goulet, la rade et la ville de Brest. Nous sommes là sur la pointe septentrionale de la presqu'île de Crozon qui arbore la forme d'une croix couchée.
Le sentier se poursuit entre lande couverte de bruyère et vestiges militaires dont la construction s'est étendue de l'époque de Vauban à la Seconde Guerre Mondiale. Cheminer dans ces fortins massifs me rappelle ceux que l'on trouve sur les hauteurs de Metz, au Mont Saint-Quentin.
Sur l'autre rive, nous apercevons le photogénique phare du Petit Minou. Imperceptiblement, le ciel s'est couvert d'un voile nuageux blanc qui casse les contrastes et efface les ombres. Il fait toujours aussi chaud, pas loin de 28°C. Beg Ar Vir
Beg Ar Vir
La côte offre de beaux points de vue, en particulier du côté de la Pointe de Capucins. Un peu plus loin, encore un lieu au nom évocateur, l'îlot du Diable... Puis vient la Pointe Sainte-Barbe et un lieu-dit appelé la Mort Anglaise. Décidément, ces côtes de légende stimulent notre imagination !
Camaret n'est plus très loin, heureusement car nous commençons à fatiguer. Pour ma part, une légère douleur à mes deux tendons d'Achille me gêne un peu pour marcher. Camaret, la Tour Vauban
Camaret, la Tour Vauban
Notre chambre d'hôtes se situe sur les hauteurs de la ville, à un petit kilomètre du port. Nous dînons à la crêperie avant de faire une petite balade nocturne jusqu'à la Tour Vauban joliment éclairée.

                   Diaporama de photos de Crozon
500pxFlickrInstagramTwitterRSSContact

©2006-2021, Stéphane Bon