Haut de page

Tour de Bourgogne à vélo

Canal du Centre

Mardi 6 juillet 2021 : Palinges - Bourbon-Lancy (68 km)
L'orage de la nuit a laissé place à un ciel plombé, bas et gris. Sous cette grisaille peu engageante, nous quittons le camping peu avant 9h00 par une route de campagne peu fréquentée. Quelques kilomètres plus loin, le château de Digoine est une première occasion de faire une halte même s'il n'est pas totalement visible, caché derrière un portail et un haut mur d'enceinte.
Après une vingtaine de kilomètres arrive la ville de Paray-le-Monial, haut lieu religieux avec sa basilique Sacré-Coeur. Les lieux sont impressionnants, surtout pour une aussi petite cité d'ailleurs relativement belle avec ses bâtiments médiévaux. La basilique du Sacré-Coeur à Paray-le-Monial
La basilique du Sacré-Coeur à Paray-le-Monial
Il fait toujours aussi gris et frais, à peine 18°C, lorsque nous rattrapons la piste cyclable le long du Canal du Centre. Digoin se profile bientôt, cité industrieuse aux portes de l'Auvergne où un pont-canal enjambe la Loire.
La piste se glisse ensuite, toujours commune avec l'Eurovélo 6, le long du canal latéral à la Loire. Le cadre est moins enchanteur que les jours précédents, la faute à ce ciel gris, cette lumière terne et à cette route que la piste longe souvent. Une certaine lassitude se fait sentir mais les kilomètres défilent.
À Diou, nous prenons plein nord après avoir franchi la Loire par un pont, empruntant une piste bâtie sur une ancienne voie de chemin de fer. Nous faisons un petit détour pour apercevoir le château de Saint-Aubin avant d'atteindre le camping de Bourbon-Lancy où nous logeons dans un bungalow toilé. Dans les ruelles de Bourbon-Lancy...
Dans les ruelles de Bourbon-Lancy...
Après une bonne douche dans les parties communes du camping, nous partons à pied visiter le centre du bourg, à deux kilomètres de là. C'est une cité thermale avec un joli coeur historique mais, comme beaucoup de petites villes, il n'y a guère d'animation.
Mercredi 7 juillet 2021 : Bourbon-Lancy - Fleury-sur-Loire (60 km)
Miracle : c'est un grand ciel bleu qui nous cueille à l'ouverture de notre bungalow toilé. Après un petit déjeuner pris à l'extérieur au soleil, nous enfourchons nos vélos un peu plus tôt qu'à l'accoutumée et nous nous retrouvons à pédaler dans les collines du charolais. Les petites routes tranquilles alternent montées et descentes jusqu'à Cronat. À l'est se dressent les silhouettes arrondies du Morvan, ce circuit effectuant en fait une boucle plus ou moins lache autour de ce massif culminant à près de 900 mètres d'altitude. Les bords de Loire du côté de Charrin
Les bords de Loire du côté de Charrin
Après Cronat, le paysage change, la piste passant dans la plaine alluviale de la Loire. Nous tangeantons le fleuve à deux ou trois reprises, admirant ses flots débonnaires parsemés de bancs de sable. Dans un champ fraîchement moissonné, huit cigognes errent en quête de nourriture.
À Champvert, nous retrouvons le canal du Nivernais. Nous faisons une petite pause à l'écluse, là où nous avions pique-niqué le premier jour. La boucle est bouclée mais il nous reste encore quelques kilomètres pour achever ce voyage.
De Decize, nous suivons le balisage de l'Eurovélo 6 pour longer le canal latéral à la Loire. Les grosses libellules colorées accompagnent toujours notre progression de leur vol rapide. Bientôt, nous voici à la halte nautique de Fleury-sur-Loire, cadre de notre dernier pique-nique. Notre voyage est terminé, la voiture n'est qu'à quelques mètres de là.
500pxFlickrInstagramTwitterRSSContact

©2006-2022, Stéphane Bon