Haut de page

Tour de Bourgogne à vélo

Canal du Nivernais

Lundi 28 juin 2021 : Fleury-sur-Loire - Châtillon-en-Bazois (65 km)
Après six heures de route, nous nous arrêtons quelques kilomètres avant Decize, notre destination initiale. Le petit village de Fleury-sur-Loire nous paraît être le point de départ idéal pour notre périple à vélo de l'année. L'endroit est sympathique et situé le long du canal latéral à la Loire, sur l'Eurovélo 6, dans la continuité de l'itinéraire de la Loire à Vélo. Carte de notre tour de Bourgogne à vélo
Carte de notre tour de Bourgogne à vélo
Les premiers tours de roue sur cette piste cyclable se fait dans un cadre verdoyant très agréable. Bientôt arrive Decize, gros bourg animé d'où part la Voie Verte du canal du Nivernais, première partie de notre tour de Bourgogne à vélo.
Nous cassons la croûte peu après, à l'écluse de Champvert, et prenons ensuite plein est avec les hautes collines du Morvan en ligne de mire. La piste, en bon état, suite le canal au plus près. De grosses fermes et quelques châteaux se dressent au sommet de petites buttes au pied desquelles s'étalent des prés où s'égayent charolaises et chevaux.
Nous dépassons le joli bourg de Cercy-la-Tour sous un ciel plombé, un camaïeu de gris aux dizaines de teintes où prédomine tout de même l'ardoise.
Peu à peu le parcours s'infléchit pour prendre la direction du nord, le Morvan toujours sur notre droite. Une averse nous cueille un peu plus loin, faisant tomber la température de quatre à cinq degrés. De nombreuses écluses jalonnent le parcours. Les maisons éclusières sont toutes parfaitement entretenues, généralement bien fleuries. À partir du port de plaisance de Fleury, le canal forme une série de boucles, la piste épousant ses méandres. Juchés sur nos fiers destriers, nous fendons l'air rendu épais par l'humidité, faisant la course avec les libellules bleues ou rouges. Châtillon-en-Bazois et son château
Châtillon-en-Bazois et son château
Le grondement de l'orage sur notre droite nous incite à appuyer un peu plus fort sur nos pédales pour rejoindre Châtillon-en-Bazois où nous logeons à la chambre d'hôtes "Le couvent en Bazois". Châtillon-en-Bazois après la pluie
Châtillon-en-Bazois après la pluie
Nous nous y installons, prenons une douche pour nous réchauffer et partons à pied visiter le bourg. Une nouvelle averse accompagnée d'un bel arc-en-ciel nous oblige à nous abriter quelques instants sous un pont et le ciel se dégage à nouveau.
Mardi 29 juin 2021 : Châtillon-en-Bazois - Crain (83 km)
Ce n'est pas avant dix heures que nous quittons Châtillon-en-Bazois, ayant attendu que la pluie ait cessé de tomber. Les premiers tours de roue le long du canal sont l'occasion de parcourir ses ultimes boucles avant de filer plein nord. Il fait assez frais et nous nous réchauffons en roulant. Le ciel chargé ne laisse guère d'espoir pour le reste de la journée.
Après les étangs de Baye et Vaux, les voûtes de la Collancelle marquent le début de la partie la plus belle et la plus intéressante du canal du Nivernais. La voie d'eau se faufile dans une étroite gorge et emprunte plusieurs tunnels successifs. L'endroit marque aussi la ligne de partage des eaux entre le bassin de la Loire que nous quittons et celui de la Seine devant nous. Les écluses de la Collancelle
Les écluses de la Collancelle
Un peu plus loin, une échelle de seize écluses permet de gagner quarante mètres de dénivelé sur trois kilomètres et demi de canal. Les maisons éclusières qui jalonnent cette partie du parcours sont occupées par des artisans : potiers, sculpteurs...
Filant toujours plein nord, nous faisons un crochet par Corbigny où nous achetons des gougères. Ces friandises de pâte à chou garnies de fromage agrémentent notre pique-nique quelques kilomètres plus loin. De grandes trouées de ciel bleu laissent passer des rayons de soleil qui nous réchauffent un peu. Cela ne dure malheureusement pas très longtemps et, peu avant Clamecy, nous devons nous abriter sous un arbre pour laisser passer une averse qui a bien rafraichi l'atmosphère.
Clamecy est une jolie cité médiévale avec de nombreuses maisons à colombage et des monuments typiques de cette époque. Cette ville mérite clairement le détour, même sous ce ciel bien triste. Elle laisse toutefois une impression étrange avec ses nombreux commerces fermés. Peu de gens se promènent dans les rues, laissant les pavés humides au silence. Maison à colombage à Clamecy
Maison à colombage à Clamecy
Nous reprenons la piste le long du canal, faisant un crochet pour voir la chartreuse de Basseville avant de rejoindre, sous quelques nouvelles gouttes de pluie, notre chambre d'hôtes "Les rêves d'Angèle" à Crain où nous sommes confortablement installés. Nous avons quitté le département de la Nièvre et sommes maintenant dans l'Yonne.
Ce soir, nous dînons à la Guinguette, un sympathique endroit pour manger au bord de l'eau. Après le repas, il nous faut patienter là, le temps que la grosse averse parte déverser ses trombes d'eau ailleurs.
Mercredi 30 juin 2021 : Crain - Migennes (80 km)
Midi à Champ-sur-Yonne, à l'entrée d'Auxerre. Il fait à peine 15°C et la pluie tombe. Nous sommes à l'abri sous des arbres et décidons de manger.
La journée a commencé quelques heures plus tôt après un copieux petit-déjeuner. Peu après Lucy-sur-Yonne, derrière un champ de blé, nous apercevons le château de Faulin où ont été tournées quelques scènes du film La grande vadrouille.
Le ciel est bas, très chargé mais nous commençons à en avoir l'habitude. Il ne fait pas chaud le long des méandres du canal et, pour ça aussi, nous finissons pas ne plus nous en étonner. Au niveau de Merry-sur-Yonne, des falaises de calcaire érodé par le temps et les intempéries offrent de belles vues gâchées par ce temps maussade. Merry-sur-Yonne, les rochers du Saussois
Merry-sur-Yonne, les rochers du Saussois
À la faveur d'une boucle du canal, Mailly-le-Château s'offre à notre vue, dressé sur sa colline. Les kilomètres s'enchaînent malgré le vent soufflant de face. Nous croisons peu de monde, que ce soit à vélo ou sur des bateaux. C'est pourtant le début de la pleine saison touristique, nous nous attendions à voir plus de gens.
Après Cravant, nous faisons une halte au marché de Vincelles en prévision de notre repas de midi. Remettre une petite veste s'impose, le temps de ce court arrêt. Le ciel de plus en plus menaçant n'augure rien de bon et les premières gouttes tombent avant Champ-sur-Yonne avant de devenir une belle averse.
La piste cyclable file ensuite loin du cours d'eau, passe devant l'université avant d'aboutir à Auxerre. La petite ville mérite vraiment le détour avec ses nombreuses maisons à colombage et sa cathédrale Saint-Étienne au tympan finement ciselé. Malheureusement, la météo gâche tout. Il pleut par intermittence, le ciel est uniformément gris, la lumière terne estompe le moindre relief. À regret, nous écourtons la visite en remontant sur nos machines. Devant la cathédrale Saint-Étienne à Auxerre
Devant la cathédrale Saint-Étienne à Auxerre
À la sortie d'Auxerre, la piste se faufile dans une zone industrielle sans charme avant d'aboutir à Monéteau et ses belles demeures. Nous faisons plusieurs arrêts pour enfiler ou retirer nos capes de pluie au gré des averses.
La piste cyclable file plein nord au milieu des roseaux. Cette météo détestable mine quelque peu notre moral mais Migennes, notre point de chute, n'est plus très loin. Nous avons réservé un mobil-home au camping des Confluents. La douche chaude fait un bien fou avant que nous ne partions à pied au centre du bourg pour nous ravitailler en vue de notre repas ce soir.
500pxFlickrInstagramTwitterRSSContact

©2006-2022, Stéphane Bon