Haut de page

Jordanie

Mont Nebo, Mer Morte et Dana

Samedi 20 avril 2019
Les deux heures cinquante du vol entre Paris et Bucarest sont de toute beauté. Par le hublot de l'A318, les sommets enneigés des Alpes défilent, de la Suisse à l'Autriche.
Nous atterrissons à Bucarest peu après 20h30 avant de prendre un autre vol Tarom quatre heures plus tard, direction Amman, la capitale de la Jordanie, où nous logeons à l'hôtel Belle Vue.
Dimanche 21 avril 2019
La nuit fut courte, très courte, à peine trois heures, lorsque nous rejoignons Abdel qui nous attend à la réception de l'hôtel. Il sera notre guide pour ces deux semaines en Jordanie.
Nous quittons Amman en minibus sous un ciel très couvert. Il fait frais, presque froid, à peine dix degrés et nous nous blottissons tous les douze dans le véhicule.
À Madaba s'abat un véritable déluge. L'eau couvre les rues sur deux ou trois centimètres, dévalant le macadam ; les voitures lèvent des gerbes d'eau à leur passage.
Lorsque nous parvenons au mont Nebo, ça s'est calmé, même si le ciel reste d'un profond gris menaçant. De là, nous avons la vue qu'a dû avoir Moïse avant de mourir en ces lieux : la Terre Promise. En contrebas se niche la Mer Morte. Au-delà, les montagnes de Palestine. Dans l'église, de très belles mosaïques bien conservées s'offrent à nos regards. Mosaïque au monastère du Mont Nébo
Mosaïque au monastère du Mont Nébo
Une route en lacets descend en direction de la Mer Morte mais nous sommes bloqués par une manifestation. Les gens, sorte de Gilets Jaunes jordaniens, ont déposé des pierres sur la route, rendant impossible le passage. Il nous faut donc faire demi-tour jusqu'à Amman, prendre un autre itinéraire pour enfin atteindre les rivages de la Mer Morte.
Une éclaircie fugace nous fait espérer mais, le temps d'atteindre la plage privée Amman Beach, c'est une mini tempête qui fond sur nous depuis la rive palestinienne. Les rivages de la Mer Morte... avant la tempête
Les rivages de la Mer Morte... avant la tempête
Un fort vent froid lève de belles vagues, empêchant la baignade. Des chaises voltigent dans tous les sens, tout comme des morceaux de plastique qui viennent souiller les lieux déjà pas bien propres. Pour ne rien arranger il commence à pleuvoir vraiment fortement, nous obligeant à nous replier à l'abri du restaurant un peu plus haut. Flotter sur les eaux salées de la Mer Morte, ce sera pour une autre vie. Dommage.
Après le repas, nous reprenons la route plein sud longeant le rivage, toujours à environ 400 mètres sous le niveau de la mer. Les eaux sont assez éloignées, un peu en contrebas. Les marques sur les rochers montrent bien que le niveau de la Mer Morte a énormément baissé. En moyenne, il perd un mètre par an du fait de l'exploitation du Jourdain qui l'alimente principalement. Le rivage est maintenant bien éloigné de la route. Celle-ci remonte ensuite vers Al Tafila, sous un rayon de soleil, au milieu d'un très joli paysage de grès érodé. Nous venons presque de grimper de 2000 mètres !
Nous poursuivons ensuite jusqu'au village typique de Dana où nous logeons. De nombreuses ruines ont été rénovées, en bonne partie en tant qu'hôtels sommaires, le tout dans un joli cadre.

                   Diaporama de photos de Jordanie
RSSTwitterFlickr500pxContact

©2006-2019, Stéphane Bon